Comment reprendre notre pouvoir face aux addictions

Mis à jour : mars 2

Souvent nous avons des habitudes qui nous agacent, que nous aimerions bien arrêter, mais qui sont plus fortes que nous et deviennent compulsives.

Lorsque nous sommes énervés, fatigués ou même sans raison apparente, nous sommes portés à manger, fumer, boire de l’alcool ou des sodas, regarder la TV, écouter de la musique, téléphoner, faire les magasins, jouer...

Bien sûr, nous n’avons pas toutes ces habitudes, mais nous connaissons tous quelqu’un qui a celles que nous n’avons pas.

Rares sont les personnes qui n’ont pas de dépendance.

L’addiction est causée par une dépendance affective, elle-même conséquence d’une mauvaise estime de soi.


Qu’est-ce que l’estime de soi ?

Dans le dictionnaire, l’estime de soi est l’appréciation, le sentiment favorable né de la bonne opinion que l’on porte sur soi-même.

En d’autres mots, l’estime de soi vient de ce que l’on ressent face à l’image que nous entretenons de nous-même.

Cette image est basée sur ce que l’on croit de soi-même.


Une personne qui manque d’estime d’elle-même sera souvent portée à se dévaloriser.

Comme elle n’aime pas sa propre image, elle ne sait pas reconnaître ses qualités.

Elle se sent incapable, souvent impuissante face à ce qu’elle vit, et se dévalorise.

Elle a tendance à être négative et cherche réconfort et compensation dans des dépendances physiques (sucre, nourriture, alcool, tabac, drogues…), ce qui engendre de la mésestime de soi.


Comment prendre conscience de l'image que nous avons de nous-même ?

C'est en faisant une liste de tous les défauts et qualités que nous pensons avoir que nous prendrons conscience de l’image que nous avons de nous-même.

En prenant le temps de réaliser comment nous nous sentons face à cette image, nous découvrons l’estime que nous nous portons.


Qu'est-ce qu'une personne qui s'estime ?

C'est une personne qui est capable de reconnaître sa propre valeur même si elle ne réalise pas tous ses objectifs.

Quoi qu’il se passe dans sa vie, elle se sentira forte et courageuse et cherchera à comprendre le message derrière l'expérience.

Elle ne se dévaluera pas et cherchera à évoluer sachant qu’il n’existe pas d’échecs, mais uniquement des expériences plus ou moins heureuses.

L’expérience d’aujourd’hui l’amène vers l’objectif de demain.


La mauvaise estime de soi-même est la source de notre dépendance affective

Moins nous nous aimons, plus nous cherchons à être aimé des autres.

Nous recherchons dans le regard et les attentions des autres personnes la reconnaissance des valeurs que nous ne nous accordons pas : cela crée de la frustration et ne nous comble pas dans notre être.

Lorsque nous trouvons cet amour à l'extérieur, cela crée une illusion éphémère de notre valeur, puis le vide s’installe en nous lorsque l'illusion s'en va.

La compulsion devient la seule alternative pour ne plus sentir ce vide.

Ces compulsions sont le reflet de notre dépendance affective.

Plus nous nous livrons aux dépendances, moins nous nous aimons, moins nous nous aimons plus nous nous y livrons : là s’installe le cercle vicieux.


Comment transformer cette situation ?

Pour briser le cercle vicieux et entrer dans le cercle vertueux, il est nécessaire de développer davantage d’estime de soi.

Il est possible de changer l’image que nous nous portons en ayant des projets et en passant à l’action.

Faire la liste de nos qualités et de nos forces, et nous la répéter tous les jours habitue notre mental à recevoir des compliments et il reprendra confiance.


Des petits pas vers un objectif accessible

Décider d’un objectif accessible et faire un petit pas pour l’atteindre développe notre potentiel.

C'est en apprenant à se faire confiance, en arrêtant de nous comparer, de nous critiquer, en nous faisant de beaux compliments lorsque nous réalisons un objectif ou en s'accueillant lorsque nous sommes dans nos limites que nous développons notre estime de nous-même.

Cela nous aidera à nous accepter dans toutes les facettes de notre être.


Bâtir l’estime de soi

C'est en s’acceptant dans nos limites, nos qualités, nos défauts même si nous ne sommes pas toujours d'accord avec ces faits que nous nous libérerons de nos dépendances affectives et donc de nos compulsions.

    Rachel DURANT 

Thérapeute psycho-corporel

Coaching

 

Signal_Blue_Icon.png
  • Facebook
© Rachel Durant