top of page
Rechercher

La Blessure d'Injustice et le Masque du Rigide

Injustice : la justice est l’appréciation, la reconnaissance et le respect des droits et du mérite. La personne qui souffre de la blessure d’injustice a l’impression de ne pas être appréciée à sa juste valeur ou bien de ne pas être respectée dans ses droits ou encore de ne pas recevoir ce qu’elle mérite. La blessure est activée aussi bien lorsque la personne reçoit moins que ce qu’elle croit mériter que lorsqu’elle en reçoit plus.


Blessure d'injustice, masque de rigide, épanouis dans la vie, Lieuaint

Blessure d'injustice


La blessure de la froideur

La blessure d'injustice s'éveille entre 3 et 5 ans, lorsque l'enfant prend conscience qu'il est une personne à part entière, distincte des autres, notamment de ses parents. Cette blessure se vit avec le parent du même sexe, avec qui l'enfant a l'impression de ne pas pouvoir exprimer ses sentiments et ses émotions. Ce parent est perçu comme froid par l'enfant. Même s'il existe une bonne entente, l'enfant souffre de l'incapacité de ce parent à exprimer ses émotions : on s'entend bien, mais on ne parle pas de ce qu'on ressent ou on évite d'en parler. Ce parent est également perçu comme autoritaire, critique, sévère, voire intolérant ou conformiste. Dans la plupart des cas, il souffre lui-même de la blessure d'injustice.


Un masque de rigide pour se couper du ressenti

Pour se protéger de la souffrance, l'enfant qui vit l'injustice se rigidifie afin de ne pas ressentir : il se crée un masque de rigide. Le rigide n'est pas insensible, bien au contraire, il est très sensible mais fait tout pour ne pas être connecté à cette sensibilité et surtout pour ne pas la montrer. C'est pourquoi les autres perçoivent cette apparente insensibilité comme de la froideur. Parmi les cinq blessures, le rigide est celui qui a le plus tendance à croiser les bras : il bloque son plexus pour ne pas ressentir. Pour la même raison, il porte souvent du noir et répond très vite "très bien" à la question "comment vas-tu" sans prendre le temps de ressentir.


Confusion entre juste et parfait, entre rigidité et discipline

Le rigide est perfectionniste. Il croit que si ce qu'il fait ou dit est parfait, ce sera juste. Il recherche donc non seulement la justice mais aussi la justesse à tout prix. Il ne peut concevoir qu'en agissant de manière à être en accord avec ses propres critères, il peut se montrer injuste.


Il aime que tout soit bien ordonné, mais il confond souvent l'objectif et les moyens, ayant du mal à faire la différence entre rigidité et discipline. Il oublie facilement son besoin initial (par exemple, être en bonne santé) et s'accroche aux moyens de le satisfaire (par exemple, faire du sport). La personne disciplinée trouve des moyens de satisfaire son besoin sans le perdre de vue (elle ne fait pas de sport si elle est fatiguée).


Stress et maladie

Le rigide est facilement stressé car il s'impose la perfection, mais il est rarement malade. Il a une grande capacité à occulter la douleur. Refusant de demander de l'aide, il n'a souvent pas de médecin traitant et se vante de ne pas prendre de médicaments. Lorsqu'il décide de se soigner, c'est qu'il est à bout.


L’autorité, le mérite et l’envie

Lorsqu’il est convaincu d’avoir raison face à une autorité, le rigide tient tête et argumente jusqu’à ce que l’on reconnaisse la justesse de sa position. Paradoxalement, il craint l’autorité car il a appris dès son plus jeune âge que l’autorité a toujours raison. Lorsqu’on semble douter de lui, le rigide le ressent comme une injustice.


Pour lui, mériter signifie obtenir la reconnaissance de sa performance, d’où l'importance capitale du mérite. S’il obtient un résultat sans avoir suffisamment travaillé, il estime ne pas le mériter et peut même aller jusqu’au sabotage. Il trouve souvent plus injuste de recevoir ce qu’il ne mérite pas que de ne pas recevoir ce qu’il mérite. Il peut même se plaindre pour masquer le fait qu'il a plus que les autres. Il a du mal à recevoir des cadeaux et ressent le besoin de rendre la pareille. Lorsqu’il est favorisé (quand il est le "chouchou"), il tend à vouloir aider les autres pour que la situation soit plus juste.

Le rigide éprouve de l’envie envers ceux qui ont ce qu’il n’a pas et qu’il estime mériter (alors qu'eux ne le méritent pas). Il pense également que les autres l’envient quand il a plus qu’eux.


Le rigide et l’exagération

Le rigide a une grande peur de se tromper. Il veut que tous les détails soient justes et attache une grande importance aux notions de bien et de mal, de correct et d’incorrect. Ses phrases sont souvent ponctuées par des "d’accord ?" Pourtant, son langage n’est pas toujours juste : il a tendance à exagérer, à utiliser des superlatifs et à généraliser. Des mots comme "toujours", "jamais", "très" font partie de son vocabulaire, ainsi que les adverbes en "-ment" : exactement, parfaitement, sûrement, probablement, etc.


La difficulté à choisir

Le rigide a tellement peur de se tromper qu’il se retrouve fréquemment dans des situations où il doit faire des choix. Il a du mal à prendre des décisions et, une fois prises, il doute de leur justesse, surtout s’il s’est donné la priorité. Il se sent alors obligé de se justifier, sinon il se sent injuste.


La performance

En plus d’être perfectionniste, le rigide croit qu’on l’apprécie davantage pour ce qu’il fait que pour ce qu’il est. Il cherche donc à être le plus performant possible. Il utilise souvent l’expression "pas de problème". Il pense qu’en niant le problème, il se résoudra plus vite et qu’en donnant l’impression d’être imperturbable, il sera perçu comme "parfait".


Il se montre injuste envers lui-même en s’en demandant trop. Sa quête de performance pousse également les autres à trop lui en demander. Le rigide s’accorde rarement des pauses et se sent coupable si quelqu’un travaille pendant qu’il ne fait rien. Il est constamment occupé et a du mal à se détendre, à se laisser aller, notamment à ressentir du plaisir, à recevoir et à exprimer de la tendresse. Même au repos, ses bras et ses jambes restent raides.


Le rigide a du mal à respecter ses limites et même à les connaître. Comme il ne prend pas le temps de ressentir, il attend souvent de craquer pour s’arrêter. Il a de la difficulté à demander de l’aide, préférant faire les choses seul pour que tout soit parfait.

 

Le contrôle et la volonté

Le contrôle est sa stratégie pour atteindre son idéal de perfection. Son désir d’être parfait est si fort que se contrôler devient une seconde nature pour lui. Il ne comprend pas et n’accepte pas que les autres ne parviennent pas à se contrôler. Il tend à confondre volonté et contrôle. Derrière le contrôle se cachent la peur et la négation des besoins. La personne qui a de la volonté sait simplement ce qu’elle veut et peut atteindre son objectif en respectant ses besoins.


Le masque du rigide


Très souvent, le masque de rigide cache un masque de rejet. Le rigide cherche à devenir tellement parfait qu’on ne pourra plus le rejeter. Il se coupe de ses sentiments, ce qui l’aide à maintenir une apparence proportionnée : les épaules sont de la même largeur que les hanches. Même s’il prend du poids, il reste bien proportionné. Le rigide fait tout pour ne pas grossir. Il n’accepte pas d’avoir du ventre et rentre son ventre lorsqu’il se tient debout. Il a une taille fine qu’il souligne avec des ceintures. Sa mâchoire est souvent serrée, son cou raide et droit par fierté.


Le visage, les yeux, le regard

Le rigide a souvent une peau claire et des problèmes de peau, le résultat de la peur d’être touché par les autres (se sentant "repoussant"). Son regard est brillant et vivant.


Attitudes corporelles

Le rigide a du mal à décoller les bras de son corps. Il croise souvent les bras pour bloquer son plexus et ne pas sentir ses émotions. Ses mouvements sont dynamiques mais rigides.


Ses comportements externes

  • La manière de s’asseoir : Assis droit, avec les jambes serrées l’une contre l’autre voire alignées. Il croise bras et jambes pour ne pas ressentir.

  • La voix : Sa voix est forte et porte loin.

  • Le vocabulaire : Il utilise fréquemment des expressions comme "pas de problème", "toujours/jamais", "très", "exactement", "d’accord ?".


Ce qu’il a à clarifier :

  • Bien qu’il soit très sensible, le rigide développe la capacité à ne pas ressentir cette sensibilité et à ne pas la montrer, il donne l’impression que rien ne le touche et passe donc pour quelqu’un de froid et d’insensible. Il craint l’autorité parce qu’on lui a appris que l’autorité a toujours raison, mais il tient facilement tête quand il est persuadé d’avoir raison. Il veut que dans ses explications tous les détails soient justes, mais les expressions qu’il utilise sont souvent exagérées et généralisées (toujours, jamais, très, exactement, extrêmement, justement, etc.). Il a autant de mal à connaître ses limites qu’à les respecter.


  • Juste et parfait : le rigide cherche la justice et la justesse à tout prix en devenant perfectionniste. Il croit que si ce qu’il fait ou dit est parfait ce sera forcément juste


  • Rigidité et discipline : il oublie facilement son besoin de départ pour s’accrocher au moyen de le combler. La personne disciplinée trouve le moyen de satisfaire son besoin sans le perdre de vue.


  • Contrôle et volonté : derrière le contrôle (= le désir d’être parfait) se cache la peur et la négation des besoins. La personne qui a de la volonté sait simplement ce qu’elle veut et peut atteindre son objectif en respectant ses besoins.


Son rapport

  • Avec les autres : Il perçoit ses parents comme froids et en souffre. Même quand l’entente est bonne, on ne parle pas de ce qu’on ressent. Il est convaincu qu’on l’apprécie plus pour ce qu’il fait que pour ce qu’il est, c’est pourquoi il veut devenir performant et se débrouiller seul. Lorsqu’il est convaincu d’avoir raison face à l’autorité, il tient tête. Il se sent coupable s’il ne fait rien quand les autres travaillent.


  • Avec la nourriture : Il préfère le salé au sucré. Il aime ce qui est croustillant. Il se contrôle pour ne pas grossir et se justifie s’il "craque".


  • Avec le poids : Il fait tout pour ne pas grossir, rentre son ventre dès qu’il est debout et porte des ceintures serrées à la taille. Même s’il prend du poids, il reste bien proportionné.


  • Avec le temps : Il manque de temps parce qu’il veut trop que tout soit parfait. Il prend beaucoup de temps pour se préparer.


  • Avec le contrôle : Il se contrôle lui-même pour atteindre la perfection, sans prendre le temps de s’interroger sur ses besoins. Il rectifie ce qui a été dit ou fait lorsque cela ne lui semble pas juste. Il reprend l’autre seulement s’il pense que celui-ci a la capacité de faire mieux. Il se contrôle pour ne pas risquer d’être injuste.


Sa plus grande émotion : la colère

Surtout envers lui-même, mais il a tendance à d’abord attaquer l’autre. Il veut donner aux autres la chance d’être justes et se met en colère s’ils le déçoivent.


Sa plus grande peur : la froideur

Il a autant de mal à accepter sa propre froideur que celle des autres. Il fait tout pour se montrer chaleureux et ne se rend pas compte qu’il évite d’être en contact avec sa sensibilité pour ne pas montrer sa vulnérabilité.


Ce qu’il a à apprendre

  • Que la perfection n’existe pas et qu’il est vain de rêver l’atteindre.

  • À être moins dur avec lui-même, notamment avec son corps.

  • À se laisser aimer et à démontrer son amour, à se laisser toucher par les autres physiquement et affectivement.

  • À se laisser aller, à ressentir du plaisir.


Mots clés

  • Envie : Il est enclin à ressentir de l’envie envers ceux qui lui semblent avoir plus et qui, selon lui, ne le méritent pas. Il se montre plus envieux que jaloux.

  • Mérite : Le mérite est important pour lui. Comme il recherche toujours la justice, il veut être sûr de mériter ce qu’il reçoit. Il n’aime pas qu’on lui dise qu’il a de la chance : il veut mériter ce qu’il reçoit.

  • Perfection : Il cherche tellement la perfection qu’il se contrôle lui-même en permanence pour être parfait. Il parle facilement de "travailler sur lui-même".


Somatisations (tendances)

  • Burn out, maladies en "ite", constipation, circulation du sang.

  • Torticolis, crampes, varices, foie, peau, nervosité, insomnie.

  • Mauvaise vision, anorgasme (femme), impuissance (homme).


Invitation à découvrir mes services

Vous vous reconnaissez dans certains de ces traits ou vous connaissez quelqu'un qui pourrait en bénéficier ? N'hésitez pas à découvrir mes services. En tant que diplômée de l'école d’Écoute Ton Corps, et Thérapeute Psycho-corporel, je suis là pour vous accompagner dans dans la guérison de vos blessures pour une meilleure compréhension de vous-même et une vie plus épanouie !


Je vous propose des Séances Individuelles à mon cabinet à Lieusaint (77) ou en téléconsultation (pour certaines pratiques) et des Activités de Groupes adaptées à vos besoins pour vous aider à surmonter vos blocages, à développer vos compétences émotionnelles, et à atteindre vos objectifs personnels et professionnels. Ensemble, nous travaillerons à transformer vos vulnérabilités en forces et à établir un équilibre harmonieux dans votre vie.


Pour en savoir plus sur mes services, ou pour prendre rendez-vous, contactez-moi dès aujourd'hui. Je suis à votre disposition pour toute question et pour discuter de la manière dont je peux vous aider à progresser sur votre chemin de vie !


**********************

La blessure d'injustice : vous avez envie d'être moins rigide ?


La mobilisation du corps au service de la conscience : en habitant pleinement votre corps, vous devenez conscient de vous-même et le mouvement devient un puissant moyen de transformation !


***********************


Je vous aide à atteindre une pleine conscience corporelle et à utiliser le mouvement comme un outil de transformation personnelle et de mieux-être dans un suivi en Thérapie Psycho-corporelle en Séances Individuelles et/ou des Activités de Groupes


************************

Autres articles pouvant vous intéresser :

Comments


bottom of page