top of page
Rechercher

La Blessure d’Abandon et le Masque du Dépendant

Dernière mise à jour : il y a 3 jours

Abandonner : bannir, ne pas s’occuper de, laisser. Action de renoncer à une chose en la remettant au pouvoir de quelqu’un d'autre. Abandonner quelqu’un c’est s’éloigner de lui. Celui qui est abandonné reste, c’est celui qui abandonne qui part.

Symboliquement, celui qui abandonne exprime "je ne peux pas "ou "je ne peux plus" (m’occuper de toi, te soutenir, assumer ...). Il exprime son impuissance, son incapacité ou sa démotivation.

 

La blessure d'abandon, masque du dépendant, épanonouis dans la vie, Lieusaint

La blessure d’abandon

La blessure d’abandon commence habituellement avant 2 ans. Elle est vécue avec le parent du sexe opposé. Très souvent une personne souffrant d’abandon souffre aussi de rejet. Jeune, elle s’est sentie rejetée par le parent du même sexe et abandonnée par le parent du sexe opposé. Elle a l’impression de ne pas avoir été assez nourrie sur le plan affectif, de ne pouvoir arriver toute seule et d’avoir besoin d’être soutenue, d’être supportée. Si elle se sent soutenue, aidée, elle se sent aimée. Paradoxalement elle utilise fréquemment l’expression "je ne supporte pas".


Tour à tour victime et sauveur

Le dépendant est celui des cinq masques qui se positionne le plus souvent en victime. Il se crée toutes sortes de problèmes, notamment de santé, pour attirer l’attention et susciter les soins des autres. Pour lui, il est moins douloureux de vivre avec des problèmes que de manquer d’attention. Il a un besoin constant de savoir qu’il peut compter sur les autres. Il a tendance à dramatiser et à anticiper le pire, afin de pouvoir ensuite montrer aux autres combien ils l’ont fait souffrir, par exemple en arrivant en retard ou en ne téléphonant pas.


En tant que victime, le dépendant joue aussi facilement le rôle de sauveur, surtout avec ceux qu’il aime. C’est une manière plus subtile de recevoir de l’attention sous forme de reconnaissance. Lorsqu’il se sent victime, il adopte souvent une voix enfantine et plaintive, ce qui est particulièrement fréquent chez les femmes.


Besoin d’un soutien, même physiquement

Le dépendant a tendance à s’accrocher physiquement aux autres. Enfant il s’accrochait à ses parents, adulte il s’appuie sur son conjoint, le touche ou lui tient la main. Debout il s’appuie contre les murs, assis il s’appuie sur le bras du fauteuil ou sur la chaise d’à côté. Il a du mal à se tenir droit et a tendance à s’écraser dans sa chaise ou à se pencher en avant.

 

Tristesse, peur de l’autorité, peur de la solitude

Le dépendant ressent souvent de la tristesse sans raison apparente, exprimant ainsi sa crainte de la solitude. La tristesse est l'émotion la plus intense pour lui et peut parfois le conduire à des pensées suicidaires. comme il cherche principalement le soutien il en parle souvent mais il passe rarement à l'acte. Lorsqu'il est triste, il peut osciller entre deux attitudes : rechercher la compagnie des autres pour se changer les idées ou, au contraire, s'isoler complètement. Face à un problème, il a tendance à pleurer facilement. Il exprime ainsi sa frustration envers ceux qui ne l'ont pas soutenu suffisamment.


Le dépendant redoute l'autorité. Il l'associe à l'indifférence la froideur, un manque d'attention. Il fait tout, parfois trop, pour se montrer chaleureux envers les autres. Il utilise souvent les termes "absent" ou "seul". L'idée d'être seul ou isolé génère de l'anxiété chez lui. Il est convaincu que tout irait mieux s'il était accompagné, sans réaliser qu'il se ferme lui-même à la personne qu'il souhaite avoir à ses côtés.


Il a tendance à demander l’opinion ou l’approbation des autres avant de prendre une décision. Il peut passer pour paresseux car il n’aime pas travailler seul, il a besoin de la présence d’un autre (qui le soutienne plus qu’il ne l’aide). Quand c’est lui qui aide, il le fait pour être aimé, reconnu.

 

Laisser tomber, remplir le vide, attirer l’attention, fusionner

La personne dépendante craint énormément d'être abandonnée, mais elle ne réalise pas combien elle-même abandonne souvent des projets en cours ou fait aux autres ce qu'elle redoute tant qu'on lui fasse.


Le dépendant peut manger beaucoup sans prendre de poids. Il utilise la nourriture pour combler un vide affectif et ressent constamment le besoin de manger plus. Il mange lentement et évite de manger seul. Il utilise souvent l'expression "se faire bouffer". Quitter un lieu est difficile pour lui, qu'il s'agisse de quitter sa maison ou un endroit où il a séjourné.


On retrouve souvent des dépendants parmi les artistes, les chanteurs, les comédiens, qui apprécient d'avoir un public et d'attirer l'attention, voire d'être au centre de l'attention. Être désiré est essentiel pour eux, et ils peuvent préférer faire l'amour sans envie plutôt que de risquer de se sentir indésirés.


Le dépendant est très réceptif aux émotions des autres et peut être submergé par celles-ci. Il se sent responsable du bonheur et du malheur des autres et pense que les autres sont responsables des siens. Cette propension à la fusion déclenche parfois des peurs irrationnelles et des phobies, on trouve d'ailleurs une majorité de dépendants parmi les agoraphobes.


La mère dépendante est fusionnelle avec son enfant parce qu'elle dépend énormément de son amour. Comme elle considère l'amour des autres comme son soutien, son pilier, elle fait tout pour que son enfant sache à quel point elle l'aime.


Paradoxalement, lorsque la personne dépendante prend conscience des problèmes causés par sa dépendance, elle aspire à devenir indépendante, voire revendique son indépendance. Cependant, cela ne fait que masquer sa blessure au lieu de la guérir. Il est préférable pour elle de rechercher l'autonomie plutôt que l'indépendance.


Le Masque du Dépendant

Très souvent la personne souffrant d’abandon souffre aussi de rejet. Jeune elle s’est sentie rejetée par son parent du même sexe et abandonnée par son parent du sexe opposé.

 

Son apparence physique Le corps

Manque de tonus des chairs, corps long et mince qui s’affaisse, le système musculaire est peu développé, les poignets et les chevilles minces, il a de la difficulté à se tenir droit et les bras semblent trop longs.

Il semble ne pas savoir quoi faire de ses bras, son dos est voûté. Son corps reflète son besoin de soutien et a des parties de son corps flasques ou tombantes (fesses, seins, épaules...). S'il fait de la musculation, son corps redevient flasque dès arrêt du sport.


  • Le visage, les yeux, le regard : le visage peut sembler affaissé, mou, grands yeux tristes qui semblent vouloir appeler l’attention : "occupe-toi de moi, soutiens moi".

  • Attitudes corporelles : jambes faibles. Besoin d’un support. Debout, cherche à s’appuyer contre un mur, une porte ou - en couple - contre son partenaire.

 

Ses comportements externes

  • La manière de s’asseoir : s’écrase dans sa chaise. Penché vers l’avant. S’appuie sur le bras du fauteuil ou sur une autre chaise.

  • La voix : quand il vit une situation où il se sent victime : prend une voix d’enfant, un ton plaintif. Tend à poser beaucoup de questions.

  • Le vocabulaire : je ne supporte pas. Je me fais bouffer. Seul. Absent. On ne me lâche pas.


Ce qu’il a à clarifier Ses ambivalences

Il adopte souvent le rôle de victime pour attirer l'attention et le soutien, tout en se plaçant fréquemment dans celui du sauveur, surtout avec ses proches, espérant ainsi recevoir également de l'attention. Malgré son besoin de soutien, il a tendance à dire "je ne supporte pas", reflétant ainsi son habitude de reproduire envers les autres ce qu'il ne veut pas qu'on lui fasse.


Bien qu'il sollicite fréquemment des conseils, il n'en suit pas toujours les recommandations.

Pour éviter de ressentir la tristesse, il cherche souvent la compagnie des autres, mais peut également, pour la même raison, s'isoler complètement en abandonnant les personnes ou situations qui lui causent cette tristesse.


Sa forte propension à la fusion le rend très réceptif aux émotions des autres, parfois jusqu'à en développer une phobie. Malgré sa peur intense d'être abandonné, il peut facilement abandonner des projets en cours ou donner l'impression aux autres de les abandonner. Il se considère comme responsable du bonheur et du malheur des autres, tout comme il croit que les autres sont responsables de son propre bonheur et de son malheur.


Son rapport :

•  Aux autres : il cherche activement l'attention et le soutien des autres en se créant divers problèmes. Pour lui, attirer l'attention est synonyme de recevoir du soutien, c'est une garantie comme quoi il peut compter sur les autres. Plutôt que de percevoir ses difficultés comme des obstacles, il les voit comme des moyens d'obtenir le soutien dont il a besoin. Les moments où il se sent ignoré ou non aimé sont particulièrement difficiles à supporter pour lui. Avant de prendre une décision, il cherche systématiquement l'avis et l'approbation des autres. Bien qu'il puisse sembler indécis, ce n'est le cas que lorsqu'il ne se sent pas soutenu dans ses choix.


Il peut être perçu comme paresseux car il préfère travailler en présence d'autres personnes, cherchant davantage leur soutien que leur aide. Lorsqu'il offre son aide, c'est souvent dans l'espoir d'être apprécié et reconnu en retour. L'abandon des autres lui est difficile, il peut recourir à la bouderie ou le chantage pour obtenir le soutien qu'il recherche. Enfin, il a tendance à laisser les autres prendre les devants car il préfère être guidé plutôt que de prendre des initiatives par lui-même.


  A la nourriture : Bon appétit à boulimique. Il aime les aliments mous, apprécie particulièrement le pain. Il mange lentement pour faire durer le plaisir et n’aime pas manger seul, surtout à l’extérieur.


   Au poids (= la place prise ou qu’il croit devoir prendre) Il ne veut pas prendre de poids (de place). Être maigre l’aide à paraître faible, à se faire aider. Il peut manger beaucoup sans prendre de poids (manger est un moyen de remplir le vide affectif et son corps reçoit le message qu’il n’en a jamais assez).

 

Sa plus grande peur et émotion :

•  La tristesse : Il la ressent au plus profond de lui sans comprendre ni pouvoir expliquer d’où elle vient.

  La solitude : Il s’accroche aux autres parce qu'il croit ne pas pouvoir gérer la solitude. Par peur de se retrouver seul, il est prêt à endurer longtemps des relations difficiles.

 

Ce qu’il a à apprendre

  • Rechercher l’autonomie plutôt que l’indépendance

  • Prendre conscience qu’il n’y a ni victimes ni bourreaux, que personne n’a à le sauver et qu’il n’a à sauver personne

  • Arrêter de croire que les autres sont responsables de son bonheur et de son malheur

  • Ne plus croire qu’il est responsable du bonheur et du malheur des autres

  • Être moins perméable aux émotions des autres

  • Comprendre que, par définition, le vide ne peut pas être rempli : cesser de vouloir le remplir.

 

Mots clés

Jalousie : par peur d’être abandonné

Laisser : synonyme pour lui d’abandonner. Le simple fait de lui dire "je dois te laisser" soulève des émotions

Important : il a l’impression de ne pas être important, que ce qu’il dit ou fait n’est pas important

Victime : sa stratégie pour recevoir du soutien

Laisser tomber : sa hantise et aussi sa tendance.

Somatisations (tendances) : Dos. Asthme. Bronchites. Diabète. Migraines. Hypoglycémie. Myopie. Hystérie. Dépression. Agoraphobie (par peur de la mort). Surrénales. Maladies rares et/ou incurables (qui attirent l’attention).


Invitation à découvrir mes services

Vous vous reconnaissez dans certains de ces traits ou vous connaissez quelqu'un qui pourrait en bénéficier ? N'hésitez pas à découvrir mes services. En tant que diplômée de l'école d’Écoute Ton Corps, et Thérapeute Psycho-corporel, je suis là pour vous accompagner dans dans la guérison de vos blessures pour une meilleure compréhension de vous-même et une vie plus épanouie !


Je vous propose des Séances Individuelles à mon cabinet à Lieusaint (77) ou en téléconsultation (pour certaines pratiques) et des Activités de Groupes adaptées à vos besoins pour vous aider à surmonter vos blocages, à développer vos compétences émotionnelles, et à atteindre vos objectifs personnels et professionnels. Ensemble, nous travaillerons à transformer vos vulnérabilités en forces et à établir un équilibre harmonieux dans votre vie.


Pour en savoir plus sur mes services, ou pour prendre rendez-vous, contactez-moi dès aujourd'hui. Je suis à votre disposition pour toute question et pour discuter de la manière dont je peux vous aider à progresser sur votre chemin de vie !


**********************

La blessure d'abandon : vous avez envie de sortir de la dépendance ?


La mobilisation du corps au service de la conscience : en habitant pleinement votre corps, vous devenez conscient de vous-même et le mouvement devient un puissant moyen de transformation !


***********************


Je vous aide à atteindre une pleine conscience corporelle et à utiliser le mouvement comme un outil de transformation personnelle et de mieux-être dans un suivi en Thérapie Psycho-corporelle en Séances Individuelles et/ou des Activités de Groupes


************************

Autres articles pouvant vous intéresser :

Commentaires


bottom of page