top of page

La blessure d'humiliation et le masque du masochiste

Dernière mise à jour : 2 mars 2021

La blessure d'humiliation est surtout liée au monde physique, celle de l’avoir et du faire.

Elle devient active au moment où chez un enfant normal commencent à se développer les fonctions du corps physique comme manger seul, être propre, obéir et comprendre ce que les adultes lui disent, etc.


La blessure d'humiliation est vécue avec le parent qui s'occupe de sa propreté. L’éveil de la blessure se produit au moment où l’enfant sent que ce parent a honte de lui ou a peur que celui-ci ait honte de lui – par exemple s’il est sale ou s’il fait une bêtise (surtout en public ou devant le reste de la famille), lorsqu'il est mal habillé, etc.

Quelle que soit la situation qui fasse en sorte que l’enfant se sente humilié, lésé, comparé ou ait honte, à ce moment la blessure s’active et s’amplifie.

Même très jeune, le bébé peut sentir le mépris de ses parents et il peut se sentir humilié et ressentir de la honte.

Cette blessure peut être vécue à différents niveaux, selon ce qui s’est passé entre l’âge de 1 à 3 ans.

L’enfant peut se sentir embarrassé s’il a la sensation qu’il est trop contrôlé par un parent, s’il croit qu’il n’a pas de liberté d’agir ou de bouger comme il veut au plan physique.

Par exemple, un parent gronde son enfant qui est sorti pour jouer dans la boue, avec des vêtements propres, juste au moment de l’arrivée des invités, l’humiliation de l’enfant sera encore plus accentuée.

Dans une autre situation, si un enfant avec une telle typologie surprend un de ses parents nu et sent que ce parent est embarrassé et veut se cacher, l'enfant va apprendre qu’il doit avoir honte de son corps.

La blessure d'humiliation et le masque du masochiste
La blessure d'humiliation et le masque du masochiste

L’enfant avec une telle blessure va créer un masque de masochiste.

Le masochisme est le comportement d’une personne qui trouve du plaisir et même de la satisfaction dans la souffrance.

Cette personne recherche la douleur et l’humiliation de manière inconsciente.

Une des caractéristiques de cette typologie est celle qu’elle n’aime pas se dépêcher.

De même, elle prend vite du poids et devient ronde quand elle n’arrive pas à contrôler son alimentation. Du fait que le masochiste veut sembler fort et ne plus être contrôlé, il devient très performant et prend beaucoup de responsabilités, c’est pourquoi il a souvent un dos puissant.

Le masochiste a le talent de se placer dans des situations où il doit s’occuper d’une autre personne, ainsi, il s'oublie de plus en plus.

Plus il va assumer de responsabilités, plus il prendra du poids, il prend du poids selon la place qu’il croit devoir occuper.

Lorsque le masochiste saura, à l’intérieur de lui-même, qu’il est spécial et important, il n'aura plus à le prouver aux autres et ne prendra plus de poids. Puisqu’il s’occupe des autres, le masochiste croit que ceux-ci n’auront pas honte de lui, mais souvent il se sent humilié parce que les autres abusent de lui, il se sent d’ailleurs rarement reconnu pour tout ce qu’il fait.

Le masochiste ne réalise pas que parfois, par son attitude, il déprécie aussi les autres : en faisant tout pour les autres il leur fait sentir que, sans lui, ils ne pourraient rien réussir.

Le masochiste a du mal à exprimer ses vrais besoins, et ce qu’il ressent vraiment, parce qu’à partir d’un très jeune âge, il n’ose pas en parler par peur de ressentir de la honte ou de blesser quelqu'un.

Le masochiste est hypersensible, et la moindre chose peut l’affecter, il fera donc tout pour ne pas blesser les autres.


Parmi les cinq typologies, le masochiste est celui qui écoute le moins ses propres besoins, bien qu’il soit parfois conscient de ce qu’il veut.

Il alimente tout seul sa blessure de souffrance et son masque en n'écoutant pas ses besoins.

La moindre critique à son encontre le fait se sentir humilié et insignifiant pourtant il aime faire rire les autres en se moquant de lui-même.