top of page

Maladies psychosomatiques ou le sens de la maladie

Dernière mise à jour : 2 mars 2021

La psychosomatique est le rapport qu'il peut avoir entre le l'esprit (spycho) et le corps (soma).

Au début on pensait que l'esprit avait une influence sur le corps et inversement, que le corps avait une influence sur le l'esprit, mais l'influence que l'on attribuait au corps sur l'esprit a été peu à peu mise de côté.

Dans le langage médical, le terme psychosomatique signifie surtout la relation de l'esprit au corps.

Aujourd’hui beaucoup de médecines deviennent "holistiques" et envisagent l’être humain dans son ensemble.

C’est dans une globalité que les neurosciences considèrent la «psycho-neuro-endocrino-immunologie » comme la science qui créée des liens entre les différentes parties de l’être.

Psychosomatique devient : psycho-neuro-endocrino-immunologie

Psycho : les émotions, les pensées.

Neuro : leurs répercussions sur le système nerveux.

Endocrino : comment la réponse hormonale va-t-elle se mettre en place ?

Immunologie : quelles répercutions sur les défenses immunitaires, et donc sur la santé ?

La plupart des maladies ont une dimention psychologique
La plupart des maladies ont une dimention psychologique

La plupart des maladies ont une dimension psychosomatique

Pour le système nerveux, qu’un événement ou une émotion soit virtuelle, symbolique ou réelle ne fait pas de différence, il y répondra.

L’imagerie mentale dans les processus psychosomatiques a donc toute son importance.

Les pensées, les émotions et le système immunitaire ont une relation très étroite.

Le système nerveux et le système immunitaire parlent le même langage chimique, ils sont liés entre eux.

On ne "tombe" pas malade, on "devient" malade. La maladie est le moyen d’expression que l’organisme va utiliser pour devenir conscient d’un déséquilibre entre nos corps physiques, mental, émotionnel et spirituel.


Travaux de Laborit

Ses expériences montrent que "L’inhibition d’action" est le facteur le plus favorable au développement d’une maladie (Stress chronique).

La peur est le sentiment le plus inhibiteur d’action : peur de se tromper, d’être jugé, dévalorisé, humilié…


Travaux de Hamer

Son expérience : persuadé du lien entre traumatismes et cancers, il travaille sur le lien entre un choc émotionnel et l’apparition d’un cancer.

Il observe que les patients qui survivent à leur cancer ont résolu leur conflit.

Lors d’une perturbation psychique, l’aire cérébrale est court-circuitée, ce qui entraîne une rupture du champ.

Il ne peut plus y avoir d'envoi de message correct aux cellules de l’organe qui sont sous son contrôle.